J’ai trempé, ma plume dans encrier de Mr ABIALA F. BOLARIWA OLADIPO un adepte de la musique live connue sous le nom « Jah Baba »

Les non-musiciens seront toujours étonnés de voir avec quelle ferveur les musiciens se battent pour leur art. C’est vrai qu’objectivement, il n’y a vraiment aucune raison de faire passer ses études, son métier ou encore sa copine après la vague opportunité de jouer sa musique en face d’un public plus ou moins intéressé. On lira toujours l’incompréhension sur le visage des non-musiciens lorsque vous leur annoncerez que vous aurez fait 900km en un week-end pour aller jouer devant 60 personnes et ce, en étant à peine défrayé.

Mais si les non-musiciens ne comprennent pas pourquoi nous continuons à jouer, malgré les contraintes apparentes, c’est parce qu’ils n’ont jamais mis les pieds sur scène. Ils ne savent pas ce que c’est que de brancher sa guitare et d’être heureux de le faire, de voir un membre de son groupe vous sourire pendant que vous jouez quelque chose de cool, d’entendre les applaudissements du public à la fin de votre morceau. Tout ça c’est ce qui nous pousse à continuer à donner autant de notre personne pour notre passion. La musique c’est notre drogue. Désormais, vous pouvez oublier la beuh, la cocaïne ou encore la MDMA, contentez vous de continuer à jouer de la musique pour vous mettre bien. En plus, pour l’instant, c’est encore légal.

 

Colonel Esatou

Commentaires